Le ministère de la cohésion des territoires vient de dévoiler un programme de promotion de ces lieux, présentés comme des « fabriques de territoires » efficaces. 

Le Gouvernement veut déployer les tiers-lieux, ces lieux « hybrides », « multiformes », aux fonctions économiques et sociales variées. Un programme de développement – amené à se déployer dès l’année prochaine, et doté de 110 millions d’euros sur trois ans – vient d’être présenté par le ministère de la cohésion des territoires.  

Objectif affiché : accompagner la création de 300 nouvelles « fabriques de territoires » dans les petites et moyennes villes, les quartiers prioritaires de la politique de la ville ou les espaces ruraux… Ils viendront rejoindre les 1800 tiers-lieux actuels* recensés hors des métropoles. 

Nouvelles façons de travailler

Pourquoi un tel soutien à ce nouveau mode organisationnel ? « Le but est de favoriser le retour de l’activité dans les territoires et d’accompagner de nouvelles façons de travailler », précise le Ministère. Pas question cependant de « faire à la place des acteurs », plutôt de les « accompagner dans la consolidation de ce mouvement ». Une instance nationale de valorisation de la filière est également prévue. 

Les 110 millions d’euros doteront un fonds d’amorçage (20 millions d’euros par an) « pour permettre aux porteurs de projets de trouver le bon modèle économique ». Un fonds de dotation et un fonds d’investissement, destinés aux sociétés à l’initiative de projets de tiers-lieux, seront dotés de 50 millions d’euros. 

* Ce chiffre provient du rapport « Faire ensemble pour mieux vivre ensemble », rédigé par Patrick-Levy Waitz, président de la fondation Travailler Autrement, à la demande du ministère de la cohésion des territoires. Il avait pour objectif « d’établir un diagnostic et de faire des propositions d’actions sur les thèmes du coworking, du numérique et des tiers-lieux dans les territoires fragiles ».