Le secteur bénéficiera de 3 milliards d’euros de « ressources financières » sur la période 2018-2022. 

Souvent identifiés comme un levier essentiel pour réaliser des économies d’énergie, les bâtiments publics vont bénéficier d’un programme spécifique. Le « plan d’actions pour la rénovation énergétique des bâtiments publics », présenté le 20 juillet, visera en priorité les bâtiments éducatifs et d’enseignement et les bâtiments publics appartenant aux collectivités territoriales, avec trois objectifs : 

  • « favoriser une meilleure connaissance des enjeux et des outils ainsi que le passage à l’action » à travers la publication de « guides pratiques, plateforme d’informations, groupes de travail ».
  • « accompagner la montée en compétences des collectivités sur la thématique de l’efficacité énergétique », avec l’installation des groupes de travail régionaux, et « d’appui technique voire financier pour définir leur projet et leur programme pluriannuel d’investissement »,tca
  • « proposer des outils juridiques appropriés et innovants (guides, partage d’expérience) ». 

Prêts et intracting

Disposant d’une enveloppe totale de 3 milliards d’euros – 2 milliards d’euros du Grand Plan d’investissement, 500 millions de la Caisse des dépôts et 500 millions en provenance de l’État – ce plan s’étendra sur quatre années. Les fonds financeront prêts, montages financiers type intracting (actuellement déployé par la Caisse des dépôts et ciblant les universités) et dotations de soutien à l’investissement local.

Le parc public des collectivités territoriales représente 280 millions de m2. Plus de la moitié – 150 millions de m2 – accueillent des locaux d’enseignement. « Les écoles représentent à elles seules 30 % de la consommation d’énergie des bâtiments communaux », rappellent les pouvoirs publics.