Lauréate du concours OP3D, organisé cet été en partenariat avec Le-flux.fr, la Région Grand Est a remporté la numérisation et la modélisation du bâtiment « internat garçons » (environ 2000 m²)  du lycée Verlaine à Rethel. Que va-t-elle en faire désormais ? Les explications du chef de service du patrimoine immobilier durable de la direction de l’immobilier et de la maîtrise d’ouvrage.

Pourquoi avoir participé au concours OP3D et avoir présenté cet établissement d’enseignement en particulier ?

« La démarche BIM engagée par la Région Grand Est depuis environ deux ans consiste à expérimenter l’utilisation du BIM sur quelques opérations, à valoriser et exploiter les retours d’expérience, à organiser la montée en compétence des chefs de projets en interne, puis à développer le processus sur d’autres opérations.

Dans ce cadre, trois programmes immobiliers BIM ont d’ores et déjà été lancés avec différents partenaires : deux en construction neuve et un associant restructuration et construction neuve. Le concours constituait donc une occasion idéale de tester une quatrième opération en BIM, sur une opération spécifique de rénovation thermique de surcroît.

Le choix du lycée Verlaine à Rethel (Ardennes) s’est imposé : il s’agit d’un des lycées les plus énergivores de la Région (184kWh/m2.an), représentatif du programme de rénovation thermique qui devrait se déployer largement sur tout le territoire dans les années à venir (objectif « BBC 2050 ») et situé sur un territoire engagé dans une dynamique d’exemplarité en matière de transition énergétique (Pacte Ardennes).

La maquette remportée dans le cadre du concours sera réalisée au stade des études de faisabilité. Elle devrait nous permettre d’évaluer l’utilité de la digitalisation d’un bâtiment, en amont d’une opération, comme outil de centralisation de toutes les données du programme (surfaces, volumes, occupation et typologie des locaux, portances des planchers, performances thermiques des parois, résistance au feu des planchers, présence d’amiante…)

Zoom : Le patrimoine de la Région Grand Est à la loupe

Fruit de la fusion entre Alsace, Lorraine et Champagne-Ardennes, la région Grand Est possède un patrimoine comptant environ 3000 bâtiments, répartis dans 305 établissements (lycées, institutionnels, Frac…), pour une surface globale de 4,8 millions de m2 (surface plancher).

Le budget annuel pour la gestion de ce parc s’élève à environ 190 millions d’euros.

Quels usages concrets imaginez-vous lors de la phase travaux ?

Nous voulons tout d’abord vérifier si l’usage de la maquette BIM permet d’améliorer le travail de synthèse et par conséquent de diminuer le nombre d’aléas techniques en cours de travaux. Nous voulons également vérifier son utilité dans le domaine de l’ordonnancement et de la planification des tâches afin d’aider à respecter le calendrier d’exécution.

Nous souhaitons enfin utiliser la maquette BIM comme un outil d’aide à la décision, en permettant la simulation de différentes solutions techniques et architecturales. En particulier sur l’opération du lycée Verlaine, quid de l’aide à la prise de décision sur les choix techniques et architecturaux pour l’ITE ? Quelles conséquence cette dernière aura-t-elle sur le niveau d’éclairement des pièces ? Quels dispositifs doit-on mettre en place au regard de l’ensoleillement et du confort d’été ?

Et une fois le bâtiment livré ?

Une fois les travaux terminés, il est indispensable de récupérer la maquette BIM, enrichie et mise à jour de toutes les données nécessaires pour faciliter les interventions ultérieures d’exploitation et de maintenance sur l’ouvrage. À court terme, cette maquette sera intégrée dans notre outil de gestion de patrimoine pour mettre à jour la connaissance technique et fonctionnelle de l’ouvrage. Nous envisageons par la suite de tester l’usage de la maquette BIM pour alimenter un système de gestion exploitation/maintenance du bâtiment (« BIM GEM ») en lien avec un outil de GMAO (gestion de maintenance assistée par ordinateur).

Nous envisageons également de tester l’usage d’une telle maquette dans un outil de pilotage à distance du bâtiment, destiné à réduire les consommations énergétiques, à assurer un suivi de la QAI, des températures intérieures ou des différentes alertes techniques …. Cette dernière étape pourra être réalisée en association avec des objets connectés et un pilotage automatique en association avec de l’IA. Rendez-vous dans quelques mois pour en savoir plus ».

Zoom 2 : Une stratégie BIM « pas à pas »

« Les différentes expérimentations nous permettent de définir petit à petit notre stratégie globale, d’élaborer et d’enrichir notre charte BIM, d’alimenter notre réflexion sur la meilleure façon de manager une opération BIM et d’enrichir les cahiers des charges liés aux nouveaux métiers (BIM Manager, AMO BIM). Plusieurs questions se posent encore à nous. Faut-il privilégier un BIM manager interne ou externe à la maîtrise d’œuvre, faut-il solliciter un AMO BIM ? Quelles missions précises lui confier ? Quelle formation suivre en interne ? Quelles seront les responsabilités de chacun ? Quels gains économiques ? ». Des questions qui devraient trouver leurs réponses dans les prochains mois.